La page est en train de chargement

Résidence secondaire à l’étranger: l’alternative à la hypothèque

Blog | Crédit

Lorsque l'on parle de financement immobilier, on pense généralement à l'hypothèque. Pourtant, dans le cas d'acquisition de résidences à l'étranger, le crédit à la consommation se montre parfois tout aussi intéressant, si ce n'est plus. Nos explications à travers un exemple concret.

Hypothèque: la solution lors des coûts élevés

Lorsqu’il s’agit de financer l’achat ou la construction d’un logement, on pense immédiatement à l’hypothèque et non au prêt à la consommation. En effet, s’il ne fallait citer que deux raisons:

  • Les montants accordés pour les emprunts privés ne suffisent généralement pas à couvrir le coût d’un bien immobilier. Tout particulièrement, il est rare de trouver en Suisse un bien valant moins de 300’000 Chf. Pour rappel, le montant maximal d’un crédit à la consommation dépendra de la situation du demandeur, et dépassera rarement 100’000 Chf.
  • Le taux d’intérêt pratiqué lors d’une hypothèque reste plus avantageux et engendre donc un coût mensuel moindre.

Le cas des résidences à l’étranger

Si la question “crédit ou hypothèque” ne se pose en principe pas pour la Suisse, la situation peut changer lorsqu’il s’agit d’acquérir un bien à l’étranger. Ainsi, dans des pays comme le Portugal:

    • Le prix de l’immobilier est sensiblement plus bas qu’en Suisse, si bien qu’un crédit à la consommation peut parfois suffir à financer l’acquisition.
    • A cela s’ajoute le fait qu’une hypothèque n’est pas toujours réalisable à l’étranger.
    • Si l’hypothèque est réalisable, les procédures sont souvent plus complexes et plus longues que pour le cas du prêt privé.
    • En cas d’achat d’une résidence secondaire, il n’est pas possible de financer les fonds propres avec un 2ème ou 3ème pilier a. L’apport personnel nécessaire est alors plus difficile.

Comment savoir si le crédit est intéressant pour un achat immobilier?

Tout dépendra du pays où se situe la résidence secondaire, de l’éventuelle faisabilité d’une hypothèque, et du montant impliqué. Pour des montants inférieurs à 100’000 Chf, on considère qu’un prêt à la consommation peut être une alternative viable à l’hypothèque, parfois même plus avantageuse. Le mieux, en cas de doute, reste de faire appel à un spécialiste. Par exemple, Hypo-Finance propose aussi bien des solutions hypothécaires que du crédit pour toute acquisition à l’étranger, et compare les solutions pour sa clientèle. Un expert permettra ainsi de bénéficier d’un avis, voir d’une proposition sans engagement.

Un exemple

Un client souhaite acheter une petite maison de vacance au Portugal, non loin de Lisbonne. La valeur totale du bien est estimée à 60’000 Chf. Le client ne possède pas de fonds propres. Comme il s’agit d’une résidence secondaire, il ne peut utiliser son capital LPP ou 3a pour financer ces fonds propres, rendant de facto l’hypothèque impossible.

Avec un crédit personnel, il peut obtenir 60’000 Chf avec un remboursement prévu sur 7 ans. Avec un taux de 6.9%, le montant mensuel du remboursement n’est que de 896 Chf. De plus, la liste des documents et justificatifs à fournir reste très modeste, et la décision peut être rendue dès 24h une fois le dossier complété.