La page est en train de chargement

Comment fonctionne une carte de crédit ? Explication en 10 points

Blog | Carte de crédit

Si la carte de crédit est aujourd'hui connu de tous et utilisée presque universellement comme moyen de paiement dans le monde, certains coûts liés à son fonctionnement restent parfois peu connus des utilisateurs. Nous proposons une explication en 10 points sur le fonctionnement des cartes de crédit.

1 – Pourquoi parle-t-on de carte de crédit?

Tout simplement car ce moyen de payement permet d’effectuer des achats “à crédit”, c’est à dire sans avoir forcément les fonds nécessaires. Le remboursement s’effectue ultérieurement lors de la réception d’une facture mensuelle.

2 – Visa, Mastercard, autres solutions

En Suisse, le marché des cartes de crédit est divisé essentiellement entre Visa et Mastercard. Il s’agit de deux solutions similaires qui sont acceptées presque universemment en Suisse et dans le monde. La plupart des organismes émetteurs de cartes de crédit proposent l’une ou l’autre des solutions, ou parfois les deux.

3 – Le plafond, ou la limite

La limite (ou le plafond) correspond à la limite de crédit octroyée. Une fois cette limite atteinte, il n’est plus possible d’utiliser la carte jusqu’à ce qu’un paiement ait été effectué. Le plafond maximal accordé dépend du type de carte et de la situation du détenteur: une meilleure situation financière permet d’obtenir un plafond plus élevé.

4 – Le coût annuel de fonctionnement

Une carte de crédit n’est en principe pas gratuite, ou alors son coût est inclus dans un “package” (compte bancaire, carte adhérent, …). Le coût annuel peut considérablement varier en fonction de l’organisme émetteur et du type de carte: de quelques 50 Chf / année à plus de 200 Chf / année. D’autres prestations peuvent également faire grimper les coûts: assurances voyages, etc.

5 – Les autres coûts

Outre le coût annuel, il faut savoir qu’une carte de type Visa / Mastercard peut entraîner d’autres frais. Tout particulièrement, il faudrait éviter de retirer de l’argent auprès d’un distributeur. En effet, le “coût” du retrait est toujours supérieur au montant retiré. Au montant retiré s’ajoute un surcoût de 3.5% à 5% (au minimum 5.- ou 10.-), en fonction du type de carte et de l’organisme émetteur. Ainsi, un retrait de 50 Chf engendrera, en fin de mois, une facture de 60 Chf par exemple. Au niveau des autres coûts, il faut aussi citer par exemple les intérêts (voir point suivant).

6 – Le paiement par mensualités

Chaque mois, le détenteur reçoit une facture dont le montant correspond à la somme utilisée. Le fonctionnement des cartes de crédit permet cependant de payer par mensualités, c’est à dire de ne payer qu’une partie de la facture et de répartir le remboursement sur plusieurs mois. Normalement, l’utilisateur peut librement choisir le montant qu’il paye, à condition:

  • De payer au minimum 50 Chf ou 100 Chf (ou tout autre montant défini dans le contrat)
  • De payer au minimum 5% du montant facturé

Par exemple pour une facture de 150 Chf, l’utilisateur devra payer au minimum 50 Chf ou 100 Chf. Pour une facture de 3’000 Chf, il devra payer minimum 150 Chf (soit 5%).

7 – Les intérêts

Ceux-ci sont calculés sur le montant non-remboursé des factures. Autrement dit, si l’utilisateur paye entièrement sa facture chaque mois, il ne payera, normalement, pas d’intérêt. Par contre, s’il choisit de payer par mensualités, les intérêts sont calculés avec un taux relativement élevé: jusqu’à 15%! En cas de paiement prévu sur de nombreux mois, il peut alors devenir intéressant d’opter pour un rachat de crédit, qui permet d’obtenir un taux plus intéressant (maximum 10%).

8 – Les carte supplémentaires

Il est possible d’obtenir une deuxième carte (pour son/sa conjoint/e par exemple) liée au même compte et avec le même fonctionnement. On parle alors de carte supplémentaire. Concrètement, les deux cartes partagent le même compte, la même limite, et la même facture mensuelle. Celle-ci engendre parfois un coût mensuel supplémentaire.

9 – Les cartes prépayées

Les personnes qui n’ont pas la possibilité d’obtenir une carte de crédit “normale”, que ce soit à cause de leur âge (moins de 18 ans) ou d’antécédants financiers, peuvent opter pour une carte prépayée. Ce type de carte s’utilise comme son alternative classique, mais nécessite d’être “chargée” avant toute utilisation. La limite de la carte correspond alors simplement au montant qui a été versé à l’avance.

10 – Comment obtenir une limite plus élevée?

Les personnes qui souhaitent relever le plafond de leur carte doivent en principe soit pouvoir prouver une amélioration de leur situation financière (hausse des revenus par exemple), soit pouvoir prouver leur honorabilité suite à des payements réguliers sur une longue période de temps. Une alternative consiste à simplement opter pour une carte de crédit différente auprès d’un organisme qui permet d’obtenir des limites plus élevées. Par exemple, Multicrédit propose une carte de crédit avantageuse, de type Mastercard, avec des limites pouvant aller facilement jusqu’à 20’000 Chf. Pour toute question liée au fonctionnement de cette carte de crédit, Multicrédit propose en outre volontiers un conseil ou une proposition gratuite et sans engagement.

Article rédigé par l’équipe de Multicrédit