La page est en train de chargement

2016: changement du taux d’intérêt maximal pour le crédit à la consommation

Blog | Crédit | News

Dès juillet 2016, le taux d'intérêt maximal pour le crédit à la consommation en Suisse sera abaissé de 15% à 10 %. Quelles en seront les véritables conséquences pour les consommateurs ? Seront-ils véritablement mieux protégés grâce à cette baisse du taux d'intérêt ?

Protection des consommateurs

Le Conseil fédéral a modifié l’ordonnance sur le taux d’intérêt maximal pour le crédit à la consommation le 11 décembre 2015. Les autorités fédérales espèrent ainsi préserver les consommateurs qui ne seraient pas capable d’assumer des dettes grâce à cet abaissement du taux maximal de 15 % à 10 %. Cependant, cette diminution n’apparaît pas comme nécessaire à la protection du consommateur puisqu’il existe déjà des mesures strictes :

  • Réglementation stricte fixée par la loi sur le crédit à la consommation.
  • Contrôle rigoureux de la solvabilité du demandeur par la banque.

Rentabilité des instituts de financement

Les crédits représentent avant-tout un risque du côté des banques puisqu’il s’agit d’avancer une somme d’argent à un individu qui ne la possède pas encore. Afin d’assumer un prêt dont le remboursement est garanti sur un futur qu’elles ne maîtrisent pas, elles se doivent d’obtenir des garanties fournies par:

  • La vérification minutieuse de la situation financière et professionnelle du demandeur d’un crédit à la consommation.
  • Des preuves concrètes telles que des fiches de salaires et une attestation de l’office des poursuites.

C’est seulement après validation de la solvabilité du demandeur que les banques accordent leur confiance pour un crédit à la consommation. D’ailleurs, le taux d’attribution des crédits est faible par rapport au nombre de demandes.

A quoi sert le coût du crédit à la consommation ?

La fixation du taux d’intérêt déterminé par la banque englobe deux types de coûts supportés par l’institution financière :

  • Les coûts de fonctionnement, telle la gestion administrative.
  • Le coût du risque, à savoir le fait de prêter une somme d’argent que le consommateur ne possédera que dans le futur.

Comment continuer la bonne couverture des coûts bancaires?

Ces coûts, nécessaires à la bonne marche financière des banques, sont fixes. Que se passera-t-il en cas de diminution des taux ? Afin de continuer à couvrir les coûts, les banques devront faire appel à d’autres solutions de financement pour entrer dans leurs frais. Il pourrait y avoir par exemple:

  • L’établissement de frais de dossiers.
  • L’augmentation de la durée du crédit.

La baisse du taux d’intérêt pour les crédits à la consommation décidée par le Conseil Fédéral en décembre 2015, n’apparaît alors pas comme un outil nécessaire à la protection de l’endettement pour les consommateurs.

Conseils aux demandeurs de crédit

Faut-il attendre l’entrée en vigueur du nouveau taux d’intérêt pour le crédit à la consommation avant d’effectuer une demande de crédit ? Le mieux reste de faire appel à un conseiller spécialisé. Notre partenaire Multicrédit, par exemple, pourra vous proposer une analyse complète de votre situation et de vos possibilités d’emprunt.